Guy Debord: Un art de la guerre par Patrick Marcolini

Guy Debord: Un art de la guerre

Titre de livre: Guy Debord: Un art de la guerre

Éditeur: Gallimard

ISBN: 2070140598

Auteur: Patrick Marcolini


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Guy Debord: Un art de la guerre.pdf - 39,396 KB/Sec

Mirror [#1]: Guy Debord: Un art de la guerre.pdf - 37,812 KB/Sec

Mirror [#2]: Guy Debord: Un art de la guerre.pdf - 42,426 KB/Sec

Patrick Marcolini avec Guy Debord: Un art de la guerre

Livres connexes

Paris, 1953, un jeune homme écrit en hautes lettres sur un mur de la rue de Seine : "Ne travaillez jamais". L'auteur de ce graffiti, Guy Debord (1931-1994), n'a jamais travaillé. Il a beaucoup marché dans les rues de Paris, beaucoup bu aussi, beaucoup lu. A la fois poète, cinéaste, révolutionnaire, initiateur de deux mouvements d'avant-garde - l'Internationale lettriste (1952-1957) puis l'Internationale situationniste (1957-1972) -, il a développé dans ses oeuvres les armes théoriques d'une critique radicale des conditions d'existence engendrées par le capitalisme avancé : consommation, loisirs, publicité, urbanisme, etc. Ses théories se doublent de pratiques - la dérive, la psychogéographie, le détournement - qui visent à mettre en échec ce qui s'interpose entre l'homme et sa vie. Par sa puissance corrosive mais aussi par son humour, Guy Debord a fortement influencé les mouvements contestataires et la culture de la seconde moitié du XXe siècle. Classées trésor national en janvier 2009, ses archives ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France en 2011. Tracts, affiches, photographies, correspondance, carnets ou fiches de lecture éclairent d'un jour nouveau l'oeuvre et le parcours de Debord. Ils nous renseignent aussi sur l'histoire de ce qui a été avant tout une aventure collective. Car, si Debord, qui avait un goût prononcé pour les cartes d'état-major et la science militaire, a été le principal stratège du mouvement situationniste, il a toujours souligné l'importance du rôle joué par ses"compagnons d'armes".